Comment évaluer la difficulté d’une chanson ?

Vous aimez beaucoup une chanson mais vous avez du mal à évaluer sa difficulté, et ne savez pas si vous arriverez à la chanter de manière satisfaisante?

On sait en général dire si une chanson est assez facile à chanter, mais savez-vous évaluer si une chanson aujourd’hui trop difficile est atteignable avec un peu de travail, ou déraisonnable à ce stade de votre pratique vocale ?

Faire un premier état des lieux

Un bon moyen de savoir où vous en êtes est de commencer par chanter votre chanson en vous enregistrant (en audio, ou encore mieux en vidéo pour voir les tensions corporelles éventuelles), et écoutez-vous en surlignant les paroles de la chanson sur lesquelles vous voulez changer le rendu. Les principaux axes d’améliorations que vous pouvez garder en tête à ce stade sont:

  • La justesse
  • Le rythme
  • La couleur de la voix (j’y reviens dans une section ci-dessous !)
  • Les ressentis corporels inconfortables
  • Le manque d’air éventuel sur certaines phrases

Bien sûr, personne n’aime écouter le son de sa propre voix, surtout quand on ne s’est jamais enregistré avant. Il reste que l’enregistrement est un excellent moyen de garder d’un côté le plaisir de chanter, et de l’autre l’analyse de la difficulté en deux étapes distinctes. Le cerveau humain n’étant pas très doué pour se concentrer sur plusieurs sujets à la fois, cette méthode est bien plus fiable qu’une prise de note réalisée pendant que vous chantez. Vous chanterez mieux, et vous analyserez les difficultés plus facilement.

Donc, à vos micros ! Pas besoin de high tech, votre smartphone suffit ! Les applications d’enregistreur vocal gratuits de type « Easy Voice Recorder » sur Android sont parfaites pour cet usage.

Ne soyez pas trop dur(s)s avec vous-même, prenez un peu de recul pour garder un maximum d’objectivité ! Vous verrez qu’avec le temps, le son de votre voix ne vous sera plus étranger et vous pourrez vous concentrer sur l’essentiel 🙂

Quel objectif ? Viser le challenge mais éviter les situations d’échecs inutiles

S’il est toujours bon de se donner des défis pour apprendre des chansons un peu au-delà de notre cercle de confort, je vous transmets un conseil reçu en TCM que je trouve intéressant et pratique à appliquer : si à l’écoute de votre version d’une chanson, vous considérez que plus de 30% de la chanson doit être sérieusement amélioré par rapport au rendu que vous souhaitez, vous êtes sans doute en train de viser trop haut (pour le moment!). Afin d’éviter le découragement du manque de résultat dans un délai raisonnable, notez cette chanson dans votre liste d’envie, et retentez-la après avoir travaillé les mêmes types de difficultés dans d’autres chansons plus proches de vos capacités vocales actuelles !

Avec le nombre de chanteurs aux capacités vocales impressionnantes de nos jours, il est probable que votre chanson favorite soit un poil au-delà de vos possibilités actuelles. Mais ne désespérez  surtout pas, ce que vous allez travailler sur des chansons plus abordables fera baisser progressivement votre pourcentage de difficulté sur vos chansons fétiches… Et il n’est pas si difficile de progresser quand on a les bonnes méthodes !

Les grands axes d’appréciation de la difficulté d’une chanson

Pour rentrer davantage dans le concret, voici d’après moi les grands axes d’appréciation de la difficulté des chansons, sur lesquels vous devriez vous baser pour évaluer la difficulté de votre chanson par rapport à votre niveau actuel:

La complexité mélodique

Les mélodies de votre chanson sont-elles :

  • Sur un air simple à apprendre, ou avec des enchainements de notes pas évidentes à attraper ?
  • Souvent répétées en mode couplet/refrain, ou  avec davantage de variantes de mélodies à apprendre ?
  • Y a-t-il une transposition qui fait monter la chanson vers des notes plus haute en fin de morceau ? Cette transition est-elle facile à attraper ?

La difficulté de la mélodie est à prendre en compte en fonction de votre confort actuel pour apprendre les notes à l’oreille, ou en lisant une partition.  Si l’apprentissage mélodique de la chanson vous semble difficile pour la grande majorité du morceau, et qu’il ne s’agit pas de la seule difficulté à surmonter, il vaudrait sans doute mieux la mettre de côté. Par contre, en gardant notre règle des 30%, si seules 1 ou 2 phrases vous échappent pour le moment, il est tout à fait envisageable de les apprendre pas à pas.

La complexité rythmique et la vitesse

  • Avez-vous du mal à reproduire les mêmes rythmes que le chanteur original ?
  • Vous ratez toujours une entrée de phrase ?
  • Le morceau est-il très rapide ? ou très lent ?

Un morceau très rapide peut générer des difficultés d’articulation ou de précision des notes à réaliser. Un morceau lent peut à l’inverse mettre en difficulté car la voix n’a nulle part où se cacher … Si vous avez des difficultés à placer certaines notes au bon moment, il est bon d’évaluer s’il s’agit de difficultés sur quelques notes seulement ou sur l’ensemble du morceau.

Le rythme peut se travailler, on peut mettre des stratégies en place pour ne plus rater ses entrée, on peut travailler sa diction à vitesse progressive, et la stabilité de sa voix sur les notes tenues.

S’il s’agit de difficultés majeures pour vous, et que plusieurs autres difficultés sont trouvées sur le morceau, n’oubliez pas d’évaluer votre ratio de 30% de travail à accomplir avant de vous lancer.

La complexité de la couleur vocale souhaitée par rapport à la hauteur du morceau

On parle souvent de tessiture de voix et de savoir si on peut atteindre telle note ou non. Il est exact que notre voix n’est pas infinie, et qu’il faut prêter attention aux notes de la chanson que l’on souhaite interpréter pour s’assurer qu’elle sont possibles. Sachant qu’il est rare qu’une chanson ait un ambitus (écart entre la note la plus basse et la note la plus haute) de plus de 2 octaves, et que tout chanteur dispose facilement d’un accès à 2 octaves de sa voix, adapter la première note un peu plus haut ou un peu plus bas pour s’adapter à notre tessiture pourrait dans la majeure partie des cas régler la difficulté.

Toutefois, la difficulté se pose davantage dans le type de son de la voix que l’on souhaite produire à une hauteur donnée, car une voix de tête légère peut être facile à produire jusqu’à des notes assez hautes, alors qu’une voix mixte est plus difficile plus rapidement. Ce n’est donc pas la hauteur absolue de la note qui compte, mais comment on souhaite la faire sonner. (Mes excuses à ceux pour qui les termes de voix de tête ou voix mixte ne parlent pas, je ne manquerai pas de faire bientôt un autre article pour les détailler !)

Nous attaquons selon moi ici le maillon central du chant, mais seulement pour ceux qui tiennent absolument à une couleur de voix particulière dans un contexte particulier. Il y a certainement des personnes parmi vous qui ont simplement envie de chanter une chanson sans forcément recourir aux mêmes couleurs de voix que les artistes originaux. Une pirouette possible pour écarter cette difficulté est alors de choisir le son de voix le plus aisé à la hauteur demandée de la chanson, et le tour est joué !

Par contre, pour ceux qui veulent absolument obtenir des couleurs de voix particulières dans les aigus, il est bon de vérifier si les notes à réaliser dans la chanson ne sont pas éloignées de plus d’1 ton (ou 2 maximum) des notes que vous parvenez à réaliser pour le moment dans cette couleur de voix. La voix peut tout à fait se travailler pour atteindre toujours plus d’aigus, mais tenter une chanson dont les notes les plus difficiles sont à une quarte ou une quinte de vos capacités actuelles risque de vous placer dans une situation d’échec décourageante. Autant y aller progressivement en tentant des chansons intermédiaires dans un premier temps.

Inconforts corporels et gestion du souffle

Si vous avez l’impression de forcer sur vos cordes vocales (vous toussez, ou vous ressentez une gêne en fin de chanson), si vous vous sentez essoufflé(e) en fin de phase ou de chanson, ou si votre ventre est très tendu,  il est probable que vous ayez besoin de faire le point sur l’équilibre de votre flux d’air et la qualité d’accolement de vos cordes vocales pour éviter de développer une fatigue vocale dommageable à long terme.

La sensation d’essoufflement est un phénomène assez courant quand on n’a jamais pris de cours, ni réalisé le peu d’air nécessaire à la production du son. C’est peut-être la seule difficulté qui n’est pas gênante pour le choix d’un morceau même si elle est présente tout au long de la chanson, car une fois travaillée et réglée, elle disparait partout!

Pour tout autre gêne corporelle, rappelez-vous que chanter ne devrait jamais faire mal! Il est très courant que des tensions musculaires soient développées autour des organes de la voix. Il est bon de les identifier pour tenter de désengager tous les muscles recrutés inutilement dans votre production vocale, et n’avoir plus qu’à soulager les muscles dont vous avez vraiment besoin et qui peuvent devenir inconfortables en cas de pratique prolongée inhabituelle.

Si votre gêne corporelle est présente sur les quelques notes les plus difficiles de votre chanson, vous pourrez travailler à ne plus vous brusquer lors de leur production. Par contre, si votre gêne est générale et constante sur toute la chanson, je vous conseillerais vivement de travailler votre équilibre du souffle et un accolement des cordes vocales plus équilibré avant de travailler des chansons plus difficiles pour ne pas vous abîmer la voix (la compréhension de ces concepts peut se faire en un seul cours avec un bon professeur, même si le travail pour reprendre des bonnes habitudes prendra forcément un peu plus de temps!).

La langue du morceau et la longueur des paroles

Cela peut sembler complètement annexe, mais si vous n’êtes pas à l’aise en anglais (ou tout autre langue de votre morceau), et si votre mémoire n’est pas ce que vous souhaiteriez, choisir une chanson dans une langue étrangère, ou avec de nombreux couplets à apprendre n’est pas négligeable en termes de difficultés à surmonter.

Prenez le temps de vous familiariser avec les paroles et leur signification avant de travailler les parties mélodiques du morceau, car si vous butez sur les mots, vous ne pourrez pas vous concentrer correctement sur les effets vocaux que vous souhaitez (je me répète, mais le cerveau n’est pas bon pour se concentrer sur plus d’un aspect de travail à la fois!)

Il est essentiel de pouvoir travailler sa chanson en la connaissant par cœur.

Y’a plus qu’à !

A vous de jouer! Passez à la pratique pour évaluer votre chanson préférée du moment et préparer votre stratégie pour pouvoir la chanter prochainement !

D’ailleurs, quelles sont vos chansons fétiches du moment ? Quelles difficultés vous posent-elle ? Par quelles chansons transitoires avez-vous décidé de travailler vos difficultés?

N’hésitez pas à les partager dans les commentaires ci-dessous. Vous n’êtes certainement pas seul(e) à apprécier cette chanson et peut-être pourrez-vous aider d’autres à trouver des chansons alternatives plus abordables avant d’atteindre votre objectif !

Stéphanie

  • Marthe dit :

    Super cet article! j’adore l’idée de l’ambitus que je ne connaissais pas! Ça rend accessible un tas de chansons finalement! Merci!!!

  • >